01/05/2015

TIGUIDOU PAR BASTIEN

Brigitte Rosset, forte de sa dernière tournée en Suisse et au Canada Smarties, kleenex et Canada dry où elle disséquait sa déception amoureuse et son burn-out, avait besoin de se faire du bien. Voilà qu'elle nous revient avec Tiguidou – Tout le mal que l'on se donne pour se faire du bien. Dans ce one-woman-show, il n'est pas question de travail, de déception amoureuse, de tristesse et autres burn-out, non. Ça, c'est du passé. Ce spectacle est centré sur l'après : la réparation du cœur, l'envie de faire la fête et d'oublier.



© Pierre Vogel  


Brigitte a 39 ans, elle sort d'une clinique psychiatrique ou de « chez les fous » comme dirait J-P, le grand ami de Brigitte, dj à ses heures. 39 ans, donc, et toute l'envie de s'amuser. Elle organise une fête avec tous ses amis... et les autres. Après avoir envoyé un message commun à tout son répertoire, elle s'attend à voir des fantômes imposants du passé ou des insignifiants du présent. En effet, elle attend à la fois le garçon dont elle était amoureuse, petite, et son boucher.



Tous ces personnages, dans un one-woman show. Brigitte interprète à merveille les différents caractères, parfois caricatures, du quotidien. De J-P, à l'accent bien prononcé, jusqu'à Anne-Marie, traits tirés et esprit carré, on a l'impression d'avoir à faire à différentes Brigitte Rosset.



Et même si l'humour du spectacle est sans grandes surprises et que j'ai ressenti quelques lenteurs, il y a plusieurs répliques qui font mouche et font rire toute la salle. Je retiens notamment le moment où la comédienne se met dans tous ses états en dansant sur une chanson et en entraînant tout le public dans sa folie. Tiguidou, pour résumer, est un spectacle drôle, rafraîchissant et surprenant pendant lequel on passe un très bon moment.

Bastien Lance

Aucun commentaire: